real-estate-tag-line

Un soir de Noël dans un pays où Noël n’existe pas

Pendant que le monde fête Noël, que les sapins brillent de mille feux et que les enfants ouvrent, ravis, leurs cadeaux aux quatre coins de la planète, dans certains pays Noël n’existe pas. Les guirlandes y sont remplacées par les traînées lumineuses de bombes ennemies.

Il y a des années, alors que je me trouvais à Bagdad en pleine guerre, j’ai passé la fête de Noël entouré d’amis qui m’ont fait l’agréable surprise de m’offrir un Noël inoubliable. A mon grand étonnement, alors que ces gens ne fêtent habituellement pas Noël et avaient certainement bien d’autres préoccupations que de se soucier du bien être d’un étranger, ils m’ont toutefois préparé un Noël que je n’oublierai jamais. Un sapin, un Père Noël, des guirlandes : tout y était. Ce fut pour moi l’un des plus beaux cadeaux que je puisse recevoir. Bien que loin des miens, ils m’avaient fait passer avant leurs propres problèmes.

Cette petite histoire résume à elle seule tout l’esprit de Noël. Cette fête n’est pas universelle et certains en ont saisi tout le sens. Noël ce n’est pas forcément des cadeaux somptueux, mais c’est le don de soi, savoir donner à ceux que l’on aime et partager ensemble des moments riches et forts.

Cette histoire nous rappelle aussi que quand on a vraiment envie de faire plaisir aux gens et de les aider, on peut toujours le faire quels que soient les obstacles de la vie. Mais que nous montre le monde aujourd’hui ? Des guerres, des populations à l’abandon, la famine, des massacres ethniques, le pouvoir absolu de l’argent… Ces gens ont oublié leur enfance et l’esprit de Noël.

Pourquoi ne faisons-nous rien contre l’ignominie du monde ?

Pourquoi parlons-nous toujours de paix et ne sommes-nous pas capable de simplement tendre la main à notre prochain ?

Pourquoi nous nous élevons contre les inégalités et continuons à nous complaire dans notre confort ?

Pourquoi couvrons-nous notre enfant de cadeaux quand nous savons que son petit voisin n’aura rien ?

Comment pouvons-nous avoir la force d’aller acheter nos cadeaux et décorer notre maison quand nous voyons à la télévision des milliers d’enfants innocents mourir devant nous ?

Comment pouvons-nous nous engraisser de foie gras, de saumon, de champagne pendant les fêtes alors que des milliards d’être humains meurent de faim ou n’ont pas un accès à l’eau potable ?

Est-ce ça l’esprit de Noël ? Je ne le crois pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 days ago

Jean Marc Henry

"Écoutons notre cœur en permanence pour maîtriser notre vie"

Toute notre vie est conduite par des sentiments et des inspirations. Si nous parvenons à les capter, à écouter notre cœur en permanence, nous pouvons maîtriser notre vie. La méditation du cœur est cet exercice qui consiste à ajuster précisément le cœur et le mental.

Je pense affirmer après avoir côtoyé et examiné certains cas à la lumière, que ceux qui iront au ciel sont ceux qui ont un cœur d’amour et un cœur simple. Je pense aussi affirmer sans trop me tromper, que ces deux caractéristiques manquent cruellement aujourd’hui. Les hommes sont très compliqués et très souvent plongés dans la haine.

L’homme souffre à cause de sa vanité et de son manque d’amour. L’homme cherche constamment la complication, même inconsciemment.

Enfin, les personnes simples sont des personnes reposantes pour leur entourage. Vivre simplement n’est pas un péché ni un signe d’échec. Une personne simple selon Dieu est une bénédiction. Nous savons pertinemment qu’il est difficile d’être simple à l’aune de notre époque où le monde nous convie constamment à l’inverse. Mais c’est un don que Dieu donne d'avoir un coeur.

« Revêtez votre cœur de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur, de patience »

L’endurance et le caractère ne sont guère faciles à obtenir. Ils sont forgés dans l’adversité, nous donnant la force de persévérer et de prouver notre fidélité dans la douleur. Comme le dit l’Écriture, « Si tu faiblis au jour de la détresse, ta force n’est que détresse » .

Pour moi, l'homme est prédisposé à la bonté du coeur, mais faire grandir son empathie relève toujours de son libre choix.

La bonté du coeur est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre.
... See MoreSee Less

View on Facebook

6 days ago

Jean Marc Henry

La souffrance, est-elle la condition nécessaire pour comprendre la vie ?

Dans la vie des Hommes, l'utopiste occupe une place particulière. Sa vision douloureuse de l'humanité en fait à la fois sa victime et son représentant.

L'utopiste s'inspire de ses propres douleurs pour les transposer à d'autres personnages ou bien, il exprime son propre mal-être d'un monde en décadence.
La douleur personnelle d'un utopiste constitue la trame de sa vie. Car un l'utopiste n'est inspiré que par ce qui le touche.

Nous parlerons des maux de société, celui-ci cherche parfois à défendre une cause ou à dénoncer une situation. L'utopiste cherche en quelque sorte à exprimer sa souffrance. Être utopiste, c'est aussi lutter contre les maux de la société. Certains puissent leurs sources d'inspiration dans l'actualité de leurs temps et prennent parti pour une cause religieuse, politique ou morale.

La souffrance est souvent le support de la création, et se trouve même à son origine. Lorsque la douleur pousse l'utopiste à écrire, il est à même d'analyser sa propre souffrance et peut-être d'en guérir, par le biais de l'écriture, mais aussi de la partager avec ses lecteurs pour alléger son fardeau.

Il ne faut jamais cesser de se questionner sur nos valeurs. Pour cela, nous devons, lire, discuter avec les gens et surtout apprendre d'eux. Chaque échange doit permettre d'affirmer notre personnalité, nous questionner et nous permettre de nous remettre en question. Et quand nos traits de caractère déplaisent, on se doit d'apprendre à accepter et tenter de se bonifier. On doit apprendre de nos forces, mais aussi de nos faiblesses.

C'est beau de voir une personne vibrer de passion pour quelqu'un ou quelque chose. Les valeurs font parties de cette beauté tant recherchée : l'honnêteté, la générosité, les valeurs familiales, l'ouverture d'esprit, l'amour de la paix...

Pour certains, « utopique » veut dire impossible ; pourtant, l’utopie a pour ambition d'élargir le champ du possible, et d'abord de l'explorer. La capacité à rêver à un monde meilleur peut en effet se révéler une source de bénéfices tangibles et observables dans le réel avec des cœurs de bonne volonté.

Quels sont aujourd’hui les rêves, les idéaux, les utopies, qui peuvent nous rendre de l’espoir ?

Comment pouvons-nous utiliser notre capacité à « rêver pour » ceux qui ont perdu l’espoir ?
... See MoreSee Less

View on Facebook